Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 01:37

.

قوافل الأفكار تأخذني
رغم البعد
إلى أرض على حافة الذاكرة
زرعوها وعودا
وقبل أن تزهر
أحرقوها

.

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Poésies - شعر
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 01:32

على يمين القلب
خلف ستار الأحلام
يوجد
حائط تعود على الضحك
حتى البكاء
وخلفه ألف حائط
أحمر
ينزف

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Poésies - شعر
commenter cet article
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 14:57

.

Mark Nelson, 28 ans, vient d’être engagé dans l’équipe du célèbre  John Mercer, un policier connu pour avoir fait une dépression deux ans plus tôt et en avoir parlé dans son ouvrage « Le mal est fait ». Il s’agit d’un premier poste pour Mark, après une formation de psychologue qui lui a valu d’être recruté pour conduire les interrogatoires et les enquêtes de voisinage. Justement, dés son premier jour de travail, l’équipe de Mercer se met en chasse d’un tueur qui pourrait bien être le responsable de la mort d’un policier deux ans plus tôt, décès sans doute à l’origine de la dépression de Mercer. C’est un serial killer qui s’en prend à des couples, les séquestre, les torture, et les oblige à choisir lequel des deux doit mourir. Plus que leur vie, c’est leur amour qu’il veut détruire. Cette fois, c’est un homme seul qui vient d’être torturé et assassiné. Mais il était l’amant d’une femme qui a disparu, tout comme son mari. Mise au défi par le tueur en série, l’équipe de Mercer a jusqu’au lendemain au lever du jour pour retrouver le couple. Une course contre la montre s’engage donc…

 

Un sur deux est un roman très prenant qu’on ne peut lâcher avant de l’avoir terminé. Pourtant, tout au long de ma lecture, j’ai eu une impression de déjà vu d’autant plus surprenante, que je ne suis pas habituellement une grande lectrice de thriller. Mais le genre a envahi le cinéma, la télé et ses séries, à tel point que plus rien ne nous étonne. Si le roman a une originalité, celle-ci est plutôt dans la forme, dans une construction habile qui alterne les points de vue et met ainsi l’accent sur la psychologie des différents personnages : policiers, femme de policier, victimes et serial killer. Mais là encore les ficelles m’ont paru un peu épaisses. Les cauchemars de Mark, lui même hanté par la disparition de sa femme, étaient peut-être de trop. Bref, un roman prenant, mais qui finalement pour moi s’est avéré un peu décevant.

 

 

---

 

Titre : Un sur deux
Titre original : The 50/50 Killer
Auteur : Steve Mosby
Traducteur : Étienne Menanteau
Éditeur : Points
Collection : Thriller
Année d’édition : 2009 (paru en 2007)
Pages : 437
Genre : Polar – Police procedural – Thriller – Serial killer

 

-

Romans de Steve Mosby (1976-….) disponibles en français :

  • Un sur deux (2007)
  • Ceux qu’on aime (?)

.

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Des livres - كتب
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 10:46

.

هاجم الشاعر السعودي ياسر التويجري العرب وحسني مبارك في أمسيته الأخيرة يوم الواحد والعشرين من شهر أفريل سنة 2008 التي أقامها الطلبة السعوديين في القاهرة. هاجم الشاعر السعودي ياسر التويجري العرب وحسني مبارك في قصيدة نارية غامضة بمعانيها وبعدها طرد من الفندق الذي كان قد حجز له من قبل الملحقيه الثقافيه السعوديه ومن ثم طرد من مصر ..

طرد الشاعر ياسر التويجري من مصر

في أمسيته الأخيرة التي أقامها الطلبة السعوديين في القاهرة هاجم الشاعر السعودي ياسر التويجري العرب والرئيس المصري حسني مبارك ، بل وجمهورية مصر والرئيس الأمريكي جورج بوش وكونزليزارايس وقناة الجزيرة الفضائية ، واتهمهم بفقدان هوية الامة العربية والاسلامية وقضية فلسطين والعراق في قصيدة غامضة بمعانيها ، وعلى أثر هذه القصيدة تم طرد الشاعر التويجري من الفندق الذي كان قد حجز له من قبل الملحقيه الثقافيه السعوديه ، كما تم طرده من جمهورية مصر العربية . يذكر أن الشاعر التويجري يتعمد في قصائده الميل إلى الأسلوب الفكاهي في محاولات لاضحاك الجمهور ، وهو توجه بات سائدا عند بعض الشعراء الجدد على الساحة الشعبية الخليجية ، وهو الأمر الذي يتحفظ عليه عدد كبير من مثقفي هذه الساحة لما له من آثار سلبية على قيمة هذه الساحة وجوهرها . ومما تجدر الإشارة إليه أن التويجري سبق وأن أثار ضجة إعلامية عندما وصف أحد أعضاء مجلس الشورى السعودي بالعلماني ، كان ذلك في أمسية شعرية بأحد المهرجانات في مدينة بريدة السعودية عندما القى قصيدة تحدث فيها عن الدكتور آل زلفة وبدأها بأنه سيقتل كل علماني إذا عرف أن العلماني كافر. حيث أشار آل زلفة آنذاك ان هذا الشاعر بدأ (يسترزق) من وراء هذه القصيدة ويقولها عند أناس أصحاب عقليات وفكر محدود ربما لا يفهمون معنى الموضوع

 


 

القصيدة :

البارحـه فـي يـوم عشـره ينايـر... ثارت على الـراس المحمّـك ثوايـر
حاولـت اغيّـر فالزمـان المغـايـر ... ولا حصل لي شي غير الـذي صـار
الله يـعـزك ياقضـيـة فلسطـيـن .... مـن اربعينـك اليـن سبعـه وستيـن
ومـن اولـك واليـن بكـره وبعديـن ... لولاك كان تضيـع نشـرات الاخبـار
حنا عـرب نعـم عـرب يـا أوربـا...ماعنـدنـا الا جـبـن والا مـربّـى
الشخـص منـنـا لاتبـيـن تغـبّـا .... وهذي سياسـه للهُدوْ قبـل الاعصـار
سيوفنـا وقـت المـلاقـا شطـيـره...يعنـي علـى ماقيـل مثـل الشطيـره
وهذا دليـل(ن) مـع نقـاء السريـره ... والله يجيب الخيـر ويطيـح الامطـار
سـلام يابـوش الابــن يالمـبّـدى ...ياللـي علـى كـل المبـادي تـعـدّا
طيـب .. لـو نعـم ربعـي تـردّى... وقدامـنـا جـلـه وقدامـنـا نــار
ياكندليزه رايـس اهـلا(ن) وسهليـن ... يـام الجمـال اللـي يهـز السلاطيـن
غنجك ذبح له فـوق خمسـة ملاييـن ...هذي ضحايا والضحايـا بـك كثـار
فخامـت الرئيـس حسنـي مـبـارك ... يحفظ جـزء عمـى وينسـى تبـارك
وأكبـر دليـل انـه يقـود المعـارك....مواقفـه لاجـات حـزات الاخطـار
القاهـرة بلـد حضـاري وبـطـران...فيها البنات انـواع واشكـال والـوان
مـن هارديـز اليـن ميـدان لبـنـان .... وأحسن بنات اللي يجن طرق وصغـار
ورموشهن شبريـن وعيونهـن سـود...وأنعم من الديباج وأرهف مـن لعـود
لباس مـن حلـوى وحجّـان وخـدود .... كسلات في الممشى وفي الغنج شطـار
أنا هنـا يمكـن قبـل أربـع اعـوام .... رحت اتمشى عنـد هامـات الاهـرام
وركبـت مـع تكسـي وقـدام قــدام .... حـتـى تعـديـنـا بـقـالـه ودوار
وجينا وأثر فيها خيـول(ن) عريبـات ... أجدادها قـد شاركـت فـي الغـزوات
اجارهـا يمكـن بـاربـع جنيـهـات .... وزَوّد صفـر ولاتدقـق بالاسـعـار
أخذت لي خيل(ن) وكربـاج وأقفيـت ....يعني علـى قولـت عنيـت وتمشيـت
وياليتنـي مـع المقـاديـر ماجـيـت ... ولا رأيـت اللـي يهستـر بالانظـار
فيهـا البنـات يسابـقـن الرياجـيـل... اللـي عليهـم ضيّـقـات البناطـيـل
فـوق الخيـول يجاذبـن المـواويـل ....مهـار لكـن فـوق قبّـات الامهـار
غازلـت لـي وحـده ولاعبرتـنـي... .حلوه وفيهـا مـن ملامـح (برتنـي )
وأقفيت اشيل الهـم مـن فـوق متنـي....عقب ماقالـت لـي حيـوان وحمـار
وأنا مانيـب انسـان واطـي وسافـل .... أنـا مـن اللـي يحكمـون القـوافـل
أحيـان مكفـول(ن) وأحيـان كـافـل ...واكره ماشوف الظلم .. والذل .. والعار
أبترك الموضوع وأدخـل بموضـوع .... دام ان صوتي عند الاجـواد مسمـوع
نبينـا (محمـد) ولاهـوب (ياسـوع)... المصطفى الهادي شفيـع(ن) للابـرار
لو انتحـر صـدام مـن قبـل ينهـان ... وخلاّ المشاكـل كلهـا فـوق بـرزان
مكان مصخر به قـدم كـل الاعيـان...عزيـز قـوم(ن) ذل بيديـن الاقـدار
(سبيس تون) ان كان في الناس حيـره...أفضـل بواجـد مـن قنـاة الجزيـره
تضحّـك الورعـان وقـت الظهيـره ... وهذي تبكينـا اليـا جـات الاخبـار
ختامهـا مـدري وش اقـول لـكـن...ماحب انا أسمـع اغنيـة (الاماكـن )
من ثقل همن بيـن الاضـلاع ساكـن ...الله يحرول ساق رجلـي عـن البـار

.

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Poésies - شعر
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 01:15

.oussama ben laden

Vrai nom : Oussama Ben Mohammed Ben Awad Ben Laden
Surnom : Le Prince, l’Emir, Abou Abdallah, Moudjahid Cheikh, Hajj, le Directeur
Naissance : 10 mars 1957 à Riyad
Age : 53 ans

.

Un père richissime, à la tête de l'empire commercial Bin Laden, et le soutien de la famille royale saoudienne. Oussama Ben Laden était promis dès sa naissance à un avenir d'entrepreneur à la vie facile. Mais l'ennemi public n°1 des Etats-Unis en a voulu autrement.

 

Ben Laden a 22 ans quand le prince saoudien Turki al-Fayçal l'approche. Connaissant la foi profonde du jeune homme, il l'incite à partir en Afghanistan afin de combattre l'occupation soviétique. En arrivant sur place en 1982, Ben Laden découvre la désorganisation des moudjahiddins. Volontiers volontaire, il intègre le « Bureau des services ». Et s'occupe de tout : accueil des combattants, formation, approvisionnement, soutien des civils, éducation.
A la tête de ce qui deviendra Al-Qaïda, Ben Laden est déçu lorsqu'il apprend en 1989 que l'Arabie saoudite et les Etats-Unis lui retirent leur soutien, puisque l'URSS a déserté l'Afghanistan. La rupture vient avec la première guerre en Irak, lorsque le roi Fahd refuse son aide et lui préfère l'armée américaine. Pour lui, le sol sacré de l'Arabie saoudite est souillé par les infidèles.

 

Isolé des Américains et des Saoudiens, Oussama Ben Laden s'exile au Soudan et finance plusieurs organisations terroristes dans le monde. En 1992, elles frappent le Yémen et le World Trade Center. En 1996, les ambassades américaines du Kenya et de Tanzanie sont la cible des bombes. La guerre s'officialise.

 

Elle prend un tournant décisif avec les attentats du 11 septembre 2001. Ben Laden est aussitôt accusé, même s'il n'a jamais revendiqué les attaques, parce que lui seul dispose des fonds nécessaires pour mener un tel projet.

 

Depuis traqué et caché, Ben Laden semble diriger Al-Qaïda de loin. L'organisation recrute toujours et le terrorisme ne s'est jamais aussi bien porté. Mais les rumeurs sur sa santé déclinante, voire sa mort, vont bon train. Peu importe. Alors que les attentats se multiplient depuis 2001, notamment dans les pays arabes, Ben Laden sait qu'Al-Qaïda peut vivre sans lui pour maintenir la psychose dans le monde occidental.

 

Ben Laden critique Barack Obama

Le 14 janvier 2009, Ben Laden fait pour la première référence à Barack Obama, dans un enregistrement sonore diffusé à quelques jours de l'investiture du nouveau président américain, en glosant sur l'héritage que lui laisse George Bush. Le 3 juin, il s'en prend plus directement au nouveau chef de la Maison Blanche, l'accusant de "suivre la même politique d'hostilité" à l'égard des musulmans que son prédécesseur. 

 

"Obama suit les pas de son prédécesseur dans sa politique d'hostilité à l'égard des musulmans (...). Il pose ainsi les fondements à des guerres de longue durée", martèle le chef d'Al-Qaïda dans les extraits de son message diffusés par Al-Jazira. Reprochant à Obama et ses alliés de poursuivre l'offensive militaire en Aghanistan, notamment celle menée par l'armée pakistanaise dans la valéle du Swat, il profère de nouvelles menaces à l'encontre du "grand satan" :

 

"Le nombre de ces semences équivaut celui de ceux qui ont souffert et de ceux qui ont été déplacés de la vallée de Swat. Que le peuple américain se prépare à continuer à cueillir les fruits de ce qui a été semé par les dirigeants de la Maison Blanche pendant les années et les décennies à venir".

 

Mort ou vif, le spectre de Ben Laden n'a pas fini de planer sur la politique américaine au Moyen-Orient, malgré les promesses de changement de la nouvelle administration US.

 

Carrière

  • 1974, Diplôme de commerce à l’université de Djeddah, en Arabie saoudite
  • 1975-1979, Intègre le groupe de construction Ben Laden
  • 1982-1992, Oussama Ben Laden rejoint les moudjahidins contre l’URSS en Afghanistan. Il est secrètement soutenu par la CIA
  • 1992, Attentat au Yémen par un groupe financé par Oussama Ben Laden
  • 1992, Attentat au World Trade Center
  • 1994, Déchu de la nationalité saoudienne
  • 1996, Appelant à la lutte contre le Etats-Unis, Ben Laden devient un ennemi officiel des Américains. Il est expulsé du Soudan et se réfugie en Afghanistan
  • 1998, Attentats contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya. Ben Laden est tenu pour responsable
  • 2001, Attentat contre les tours du World Trade Center et le Pentagone
  • 2004, Des militaires français l’auraient aperçu et même tenu en joue
  • 2006, Une note secrète de la DGSE annonce sa mort. Elle est contestée par les autorités officielles

.

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 23:39

.google 31

Les résultats financiers de Google ont agréablement surpris les analystes au 3e trimestre, grâce entre autres à la vigueur de la demande pour la publicité dans ses résultats de recherche.

.

Le titre de Google grimpait de 59,07 dollars américains* (10,92%) à 600 dollars au Nasdaq en fin de séance.

Pour le trimestre terminé le 30 septembre, Google a déclaré un bénéfice net de 2,17 milliards de dollars américains (6,72 dollars par action), lui qui était de 1,64 milliard de dollars (5,13 dollars par action) à la période correspondante il y a un an. Cela représente une croissance de 32,2%.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice net grimpe à 2,46 milliards de dollars (7,64 dollars par action). Google a ainsi facilement battu les prévisions des analystes. Ces derniers anticipaient un bénéfice par action de 6,67 dollars, selon Thomson Reuters.

Google a enregistré des revenus de 7,29 milliards de dollars, en hausse de 23% par rapport aux 5,95 milliards de dollars déclarés il y a un an. L'entreprise a déclaré des coûts d'acquisition de trafic de 1,81 milliard de dollars, ce qui ramène les revenus totaux réels à 5,48 milliards de dollars.

Outre la bonne performance du secteur des publicités dans son moteur de recherche, la direction de Google attribue sa bonne performance à la tenue de ses nouvelles activités sur mobile et du côté de l'affichage.

Au 30 septembre, Google avait une encaisse de 33,4 milliards de dollars, incluant ses liquidités et ses titres de placement. La société comptait 23 331 employés à temps plein, par rapport à 21 805 au 30 juin.

.

Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 01:00

.

L'amour de la poésie! Arthur Rimbaud figure parmi ceux qui ont le plus partagé mon adolescence, avec beaucoup d'autres dont on peut citer André Breton, Philippe Soupault, Robert Desnos, Louis Aragon, Alfred Jarry (le grand Alfred, avec son gros rire "hémaurme" comme une calamité!), et tant d'autres dont je ne me rappelle pas les noms pour l'instant. Une adolescence entre les livres! C'est là la raison de mon échec scolaire, si je puis dire, mais, je me fous de l'école et de l'instruction: la culture ne passe jamais par les écoles! (Voir l'entrée précédente à propos des niveaux!)


Rimbaud, un amour! Rimbaud, un arc-en-ciel! (Rimbaud, the Rainbow!) C'est avec amour que je le lirai toujours! C'est avec amour également que je citerai, là, un poème magnifique intitulé "ROMAN". Ah, l'âme vagabonde qu'il avait!

 

 


ROMAN
I
On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
- Un beau soir,des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade.
Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits, - la ville n'est pas loin, -
A des parfums de vigne et des parfums de bière...

II
- Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche.
Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête...

III

Le coeur fou Robinsonne à travers les romans,
- Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l'ombre du faux col effrayant de son père...

Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
- Sur vos lèvres alors meurent les cavatines.

IV

Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire.
Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
- Puis l'adorée, un soir a daigné vous écrire... !
- Ce soir-là,... - vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade...
- On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.
.
Repost 0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 10:18

.

Muhammad (ou Mohammed, le «loué» en Arabe) ibn Abd-Allah ibn el-Mottalib est né un premier avril en l’an 569, 570, 571 ou 580 (Cette date varie selon les sources et demeure imprécise. Ceux qui optent pour 569 font valoir que Mahomet était censé avoir 63 ans au moment de sa mort. On cite aussi l’année de l’éléphant, ainsi appelée à cause de l’expédition d’Abraha contre la Mekke, - voir la sourate CV du coran, - comme année de naissance.) au sein d’un clan appartenant à la tribu des Qoraïchites (ou Koraïchites)(Cette tribu, à laquelle appartenaient son père et sa mère, était la plus nombreuse du Hedjaz. Elle avait acquis une certaine souveraineté par le fait qu’elle était chargée de la garde du temple de la Ka’ba où était honorée la « pierre noire » et autres idoles des peuplades qui occupaient la péninsule arabique à cette époque. Elle se réclamait d’Ismaël, fils d’Abraham, qui selon la légende, se serait installé à la Mekke pour y fonder une tribu que l’on nomma « Koreich ». Les généalogistes musulmans font ainsi descendre Muhammad d’Ismaël par Adnan. Mais cette généalogie (21 générations entre Adnan et Muhammad ibn Abd-Allah) est plus que douteuse et ne sert guère qu’à conférer une certaine « aura » à un personnage très ordinaire. Certains historiens musulmans en rajoutent en prétendant que chacun de ses ancêtres avait la « lumière prophétique empreinte sur le visage ». Histoire de faire croire que sa famille était une famille « distinguée par dieu », une « famille de prophètes ». Mais les historiens sérieux admettent que l’on ne trouve rien de bien extraordinaire dans sa famille – tout comme dans sa propre vie - jusqu’à ce qu’il se mette à parcourir les rues de la Mekke en prétendant avoir été « visité » par l’archange Gabriel (et non par dieu lui-même). Le clan de Mahomet avait acquis une certaine notoriété par le fait que son grand-père paternel (Abd el-Mottalib) était considéré comme le découvreur de la source de Zemzem. Mahomet descendrait donc d’un sourcier et non d’un personnage biblique.), un groupe de bédouins dont l’influence commençait à se faire sentir dans toute la péninsule arabique et qui voulait asseoir son pouvoir sur l’ensemble des territoires contrôlés par les Arabes.

 

Il avait perdu ses parents très tôt. Son père Abd-Allah ibn el-Mottalib, était mort avant sa naissance (ou quand il avait deux mois) et, selon la «Sîra» musulmane (biographie du prophète), il avait perdu sa mère – Amina, fille de Wahib - à l’âge de six ans. Il aurait donc été élevé par son grand-père – Abdel Mottalib – puis par un oncle nommé Abou Tâlib (ou «Taleb»). Sa tribu était influente mais sa famille était pauvre. Il vécut d’abord très chichement, travaillant comme berger puis comme caravanier. Quand il eut treize ans, son oncle l’autorisa à l’accompagner en Syrie. En cours de route, il aurait rencontré un moine nestorien nommé Bahira qui aurait conseillé à son oncle de le prémunir contre les «artifices des juifs». A son retour, il prendra part à la guerre d’El Fidjar (violation du mois sacré) que sa tribu soutenait contre celle de Benou-Hawazin. Mais là encore, la participation de l’adolescent se réduisit à bien peu de choses: il fut chargé de ramasser les flèches lancées par les combattants.

 

Vers l’an 594, il se rendit à deux reprises au Yémen et fit, l’année suivante, un second voyage en Syrie pour le compte d’un certain Meïssara, l’homme qui était chargé des affaires d’une riche veuve nommé Khâdidja. Une fois encore, il eut l’occasion de rencontrer des moines chrétiens qui eurent quelque influence sur ses conceptions religieuses.

 

Les légendes musulmanes, inventées bien après sa mort, racontent qu’au cours de l’un de ses voyages en Syrie, il aurait été accueilli par un ermite chrétien nommé Bahira (voir illustration du chapitre premier) qui l’aurait accueilli comme un « envoyé (rasoul) de dieu » après avoir identifié, sur son corps, des « marques divines ». Selon d’autres, sa venue aurait été accompagnée de « miracles ». On nage là en pleine mythologie, en pleine affabulation car ces faits n’ont absolument rien d’historique. Il en va de même pour la légende qui affirme qu’à l’âge de six ans, Muhammad aurait été « visité » par deux anges qui lui auraient ouvert la poitrine pour en extraire le cœur ( des anges chirurgiens cardiaques ?). Ils auraient ensuite lavé ce cœur (pour lui ôter ses souillures) avant de le remettre en place (ce qui implique que le cœur de cet enfant de six ans était « souillé » !). Le travail a dû être drôlement mal fait si l’on sait - preuves historiques à l’appui - à quel point Mahomet se comporta, sa vie durant, comme un être malfaisant et vicelard !

 

En fait, la mythologue musulmane, n’est – une fois encore – qu’une contrefaçon d’autres mythologies. La plupart des « miracles » et des « faits merveilleux » que l’on imputa à Mahomet se retrouvent dans l’hagiographie des prophètes bibliques et des saints de la chrétienté, voire même de certains dieux du panthéon antique. Ces emprunts et inventions avaient pour but de « gommer » les aspects peu reluisants de la personnalité du prétendu « prophète » et de leur substituer des « vertus » capables de frapper l’imagination des simples et des naïfs. C’est un trait caractéristique de toutes les religions, de toutes les sectes. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre mais avec du miel !

 

 

Revenons aux faits authentiques, ceux qui découlent de l’histoire, non de la légende.

 

 

Très vite, le rusé Muhammad parvint à entrer au service de Khâdidja, qu’il ne tarda pas à séduire et qu’il épousera peu de temps après (en 596)(Mahomet avait donc 26 ans pour ceux qui le font naître en 570 mais seulement 16 ans si, comme l'affirment de nombreux historiens, il est né en 580. Il aurait alors épousé Khâdidja – qui avait plus de quarante ans – alors qu’il n’avait pas encore atteint la vingtaine d’années. Amateur de « veilles » dans sa jeunesse, il deviendra pédophile en vieillissant. Si l’on en croit la tradition musulmane, Khâdidja aurait été séduite par son « honnêteté » et son « habileté ». Habile, il l’était sans nul doute, surtout dans l’art de berner son monde. Honnête, c’est beaucoup moins sûr si l’on en juge d’après les faits historiques.). Il a réussi un joli coup car cette femme a hérité de la fortune de son défunt mari, un riche négociant. Elle a au minimum quinze ans de plus que lui mais ce mariage lui procure l’aisance dont il rêvait depuis longtemps. De simple caravanier, le voilà promu « directeur commercial ». A ce stade de notre analyse, on se croirait dans un feuilleton hollywoodien de série B où le jeune cow-boy ambitieux séduit la riche propriétaire du ranch où il a réussi à se faire engager. Une banale histoire de gigolo, en somme. Grâce à Khâdidja, le futur prophète – qui est déjà nanti d’un esprit tourmenté – va pouvoir se consacrer à ses préoccupations politico-religieuses. Il prend alors l’habitude de se retirer, seul, sur la colline de Hirra, proche de la petite bourgade de la Mekke. C’est là qu’il peaufine son « opération révélation » et que, selon la légende, il aurait entendu une voix disant « Parle au nom de ton Seigneur qui t’as créé » (Qoran 96, verset 1). Car, comme il sied à tout bon prophète, les révélations ne lui furent faites qu’à lui seul. Ben voyons !

 

 

Mahomet, humble bédouin, n'avait pas été élevé comme un prince. Il est donc normal qu'il n'imagina point que dieu puisse lui apparaître en personne, pas même sous la forme d’un buisson en flamme comme ce fut le cas pour Moïse, prince Egyptien. Comme on le voit, Dieu adopte un comportement étrangement « humain », très soucieux des conventions sociales : théophanie pour les princes, envoi d'un subalterne pour les gueux. En fait, à la description que fait Mahomet de sa rencontre avec l’archange Gabriel, l’éternel « dircom » des Etablissements « Dieu et Fils, miracles en tous genres », on s'aperçoit vite que tous les symptomes décrits cadrent parfaitement avec ce que la psychiatrie moderne connait sous le terme de « crise du milieu de la vie », ou « crise de la quarantaine ». Il est donc parfaitement logique que « Dieu », fabriqué par le cerveau du malade qui croit en recevoir les messages, adopte un comportement conforme à ce que le cerveau qui fabrique ce « Dieu » est capable d'imaginer. Le cerveau d'un prince (Moïse) n'aura aucun problème à imaginer être suffisamment important pour que Dieu lui-même se déplace tandis le cerveau d'un humble bédouin (Mahomet) pourra seulement envisager être confronté à un envoyé de Dieu, et non à Dieu lui-même.

 

Selon Mahomet, Gabriel le polyglotte (Le «dieu tout puissant» des livres dits «sacrés» semble être ordinairement muet. Parfois, il sait écrire et grave des tablettes de pierre en langue hébraïque. Dans le meilleur des cas (pour les francophones) il s'exprime en Français comme lors de la Révélation d'Arès, en Gironde, en 1977, mais même alors, le discours du «dieu tout puissant» est loin d'être clair, c'est le moins que l'on puisse dire! Mais les archanges ont tous fait des études en langues anciennes et modernes. Ou alors ils sont polyglottes de naissance. Gabriel (chef du département «communication» de la Sté Yahvé, Allah et Cie, miracles en tous genres) parlait toutes les langues et servait de traducteur à son PDG. Mais dans le cas de Muhammad, il semble qu’il se soit fort curieusement exprimé. Ou alors, c’est le «récepteur» qui a bien mal compris. Quoi qu’il en soit, le coran est un ensemble de textes disparates et incohérents, comportant de nombreuses redites (Gabriel était-il bègue?) et encombrés de considérations très terre à terre ! Décidément, Moïse était bien plus malin. Il ne lui a fallut que 10 phrases et quelques tours de magie pour convaincre son petit monde.) lui serait donc apparu après avoir ordonné «iqra» (récite) à plusieurs reprises. Et pour ce qui était de répéter, on pouvait lui faire confiance à Muhammad. Il ne savait d’ailleurs faire que ça, lui le caravanier devenu riche marchand par la grâce de sa puissance de séduction. Passons sur les affabulations qui s’attachent à ses premières «révélations» (comme le coup du manteau). Le prophète fraîchement émoulu descend sur la place publique de la Mekke pour «révéler» le contenu de son premier message. Ce message n°1 constitue la sourate introductive du Qoran (récitation). On y apprend que Dieu est unique et tout puissant, ce qui n’a plus rien d’un «scoop» depuis Akhenaton. C’est aussi ce que disaient les juifs et les chrétiens depuis pas mal de temps. C’est de là que les musulmans tirent leur fameux «Allah Akbar», incantation qui n'est guère diffèrente de ce que peuvent dire les adeptes des autres religions monothéistes (Allah n’est pas le nom du dieu des musulmans et ne correspond donc pas au «Yahvé» des Hébreux. «Allah» signifie tout simplement «dieu» en langue arabe, comme «Elohim» en Hébreu. Notons en passant que «Elohim» est une forme plurielle et signifie, non pas «dieu» mais «les dieux». Il en résulte que la traduction littérale de la Genèse impliquerait que le monde ait été créé par plusieurs dieux, non par un dieu unique. C'est de cette constatation qu'est d'ailleurs née, dans les années 60 et 70, la théorie des Anciens Astronautes, théorie selon laquelle des colons Extra-Terrestres seraient les « dieux du ciel » dont parlent toutes les mythologies. C'est cette théorie qu'a repris à son compte un certain Claude Vorilhon, alias "Raël", «prophète» de la religion Raëlienne.Le problème est en fait bien plus complexe si l’on sait que dans ladite «Genèse», le pluriel «elohim» est suivi d’un verbe... au singulier. Dieu est décidément nul en rédaction !).

 

On est bien là dans le schéma d’une copie de l’Ancien testament que les « anciens » de la tribu de Mahomet enviaient aux juifs et aux chrétiens, certains de ses parents ayant même adhéré au christianisme qui avait conquis une partie du monde arabe. C’est un peu comme Josuah (Jésus) qui s’inspira de la religion de ses ancêtres (il avait fréquenté l’école rabbinique) pour prêcher son « message » et se faire passer pour le « messie » et le « fils de dieu ».(Jésus devait être un « simple », autrement dit un personnage quelque peu illuminé mais foncièrement bon. Il n’y a rien de méchant, de vindicatif, dans son message et dans celui de ses disciples, bien au contraire. Par contre, Mahomet est un personnage belliqueux , irascible et dangereusement mystique. Il a tué, ou fait tuer, des milliers d’hommes et de femmes au cours de ses campagnes militaires, comme on le verra par ailleurs. Le coran est ainsi imprégné de sa rancœur et de son désir de vengeance. C’est le message d’un ambitieux qui ne reculera devant rien pour asseoir son désir de puissance. Le coran lui servira d’alibi pour commettre ses méfaits et il en sera de même pour ses successeurs (les califes).)

 

A partir de ce moment-là, les « visions » se suivent et se ressemblent. Selon les dires (hâdiths) de quelques témoins oculaires (qui étaient présents lorsque Muhhamad prétendit avoir été « visité » mais qui, bien évidemment, n’entendirent point les voix et ne virent aucun archange), le « prophète » entrait en transe et paraissait en proie à des convulsions nerveuses lorsqu’il se disait « visité ». Ce sont là les symptômes de délires comme en présentent certains malades soignés dans les hôpitaux psychiatriques où quelques pillules quotidiennes suffisent pour empécher « l'ange Gabriel » de « faire des révélations » à un grand nombre de « prophètes ».

Mahomet avait sans doute fini par s’auto-suggestionner, par se convaincre inconsciemment que ses convictions étaient d’inspiration divine. Et il en résultait des crises psychotiques au cours desquelles il « entendait » des voix et « voyait » ce Gabriel dont on lui avait tant parlé au cours de son adolescence.

 

 

Les Mekkois, ses compatriotes, lui firent un très mauvais accueil. Ils n’avaient que faire de cet ancien berger qui affirmait parler au nom d’un dieu unique. Comme pour Jésus en Palestine, on répondit à ses imprécations par des rires et des sarcasmes. Cette opposition eut pour effet de renforcer sa rancœur, comme on le voit en lisant le coran, sourate par sourate, verset par verset. Muhammad n’est pas un « gentil » comme Josuah le nazaréen. C’est un bédouin hargneux qui ne tend pas la joue gauche quand on lui soufflette la droite. Ce n’est pas non plus un méditatif désintéressé à la manière du prince Sidârtâ (celui auquel on donnera le titre de « Bouddah »). Il veut le pouvoir et la richesse. Il se met à fustiger les incrédules, à les menacer des terreurs de l’enfer. Dans le même temps, il invente de toutes pièces un « paradis d'opérette » où l’eau coule partout (très important pour les hommes du désert alors que de nos jours l'eau coule en abondance dès que l'on quitte les toilettes...) et où toutes sortes de félicités (parmi lesquelles des vierges aguichantes en pagaille, voir par exemple le chapitre 37 du coran, verset 47) attendent les « heureux élus ». C’est le coup classique de la carotte et du bâton. Un coup d’autant plus facile à monter que personne ne viendra le contredire, ni à propos de l’enfer, ni à propos du paradis. Il ne peut pas prouver qu’ils existent mais on ne peut pas, non plus, prouver le contraire.

 

Les musulmans ne cesseront d’en rajouter par la suite. C’est ainsi que certaines écoles coraniques enseignent que les « martyrs » (ceux qui meurent en menant la « guerre sainte ») vont tout droit au paradis en emmenant avec eux dix personnes de leur choix. La carotte idéale pour motiver les terroristes en puissance !

 

Aujourd’hui, il se trouve encore des millions d’hommes et de femmes pour croire à ces balivernes grossières.

 

 

Fort curieusement, les musulmans – qui se disent tellement attachés à la lettre du coran – contestent vigoureusement l’authenticité de l’un des épisodes de la vie de Mahomet qui est rapporté par de nombreuses sources anciennes. C’est l’épisode des versets dits « sataniques » au cours duquel Mahomet, désespéré (pour ne pas dire furieux) d’avoir été éconduit et raillé par les Mecquois, aurait été tenté par Satan. Celui-ci lui aurait dicté des versets « pervers », notamment ceux qui faisaient admettre au sein de l’islam trois déesses du panthéon de la Mekke (Lat, Al’Ossa et Manat), présentées comme des intermédiaires entre les hommes et Allah. En apprenant cette nouvelle, les Mecquois se seraient réjouis et auraient accepté d’embrasser la religion de Muhammad. Par la suite, Gabriel serait apparu pour révéler à son « prophète » que ces versets étaient l’œuvre du méchant Satan et lui dicter les « vrais versets », ceux qui figurent dans le coran (sourate LIII : L’Etoile). Les déesses y sont démystifiées et présentées comme n’étant « que des noms », sans puissance, ni réalité. Lorsque les nouveaux versets furent rendus publics à la Mekke, les habitants de la ville se détournèrent définitivement du discours de Mahomet et retournèrent à leur polythéisme originel.

 

Cet épisode des « versets sataniques » (qui a inspiré Salman Rushdie) est troublant à plus d’un titre. Il se pourrait qu’il corresponde à des faits qui se sont effectivement déroulés à la Mekke, lorsque Mahomet constata que son « message prophétique » ne rencontrait que fort peu d’audience parmi ses compatriotes. Il aurait alors tenté d’édulcorer ce message en y incorporant les fameux « versets sataniques », sortes de compromis subtil entre la religion monothéiste qu’il tentait d’imposer et le polythéisme qui prévalait à cette époque.

 

Sa ruse ayant fonctionné, il serait alors revenu sur ses déclarations sous prétexte d'un «rappel à l’ordre» par l’archange Gabriel, espérant ainsi à la fois conserver ses nouveaux «fidèles» et les convertir définitivement à sa nouvelle «vraie foi». Mais le subterfuge se serait retourné contre lui, le ridiculisant définitivement aux yeux des habitants de la Mekke. Cela transparaît dans la sourate LIII qui commence ainsi: «J’en jure par l’étoile qui se couche, votre compatriote n’est point égaré, il n’a point été séduit, il ne parle pas de son propre mouvement. Ce qu’il dit est une révélation qui lui a été faite. L’énorme en force (autrement dit Gabriel), l’a séduit…». Puis, plus loin: «Le cœur de Muhammad ne ment pas, il l’a vu. Elèverez-vous des doutes sur ce qu’il a vu?…».

 

Ces versets (et d’autres du même genre) sont significatifs d’un personnage que plus personne ne veut croire et qui, en outre (et fort curieusement ), jure sur une étoile ( idolâtrie ?) qu’il n’est point « égaré » (qu’il n’est pas « fou »). Le coran nous indique donc clairement que les habitants de la Mekke, lassés de ses « révélations » et de ses contradictions avaient finis par le considérer comme un malade mental.

 

On comprend que l’épisode des « versets sataniques » soit gênant pour les musulmans, encore que ce soit le coran, dans son ensemble, qui soit gênant pour eux. Même édulcorées, polies et «arrangées », les « révélations » de Muhammad demeurent confuses, incohérentes et incongrues. Elles ne résistent pas longtemps à une analyse objective. Et ce n’est certes pas en lançant des « fatwa » à la tête des contestataires et des écrivains lucides que les « docteurs de la foi » s’en sortiront. Bien au contraire, leurs gesticulations ne font qu’accroître les soupçons qui pèsent sur l’islam, même au sein des populations qui n’ont jamais lu le coran.

 

Les propagandistes de l’islam ont beau se démener pour tenter de nous présenter un «prophète politiquement correct », le coran et l’histoire sont là pour les contredire.

 

Revenons donc à l’histoire puisqu’elle nous éclaire si bien.

 

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Religion - دين
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 23:06

Qui était vraiment Mahomet?


320 6276372

Qui était vraiment Mahomet ? Comment cet homme au génie théologique assez médiocre réussit à créer une des plus grandes religions du monde ? Comment expliquer sa réussite fulgurante, lui qui trahit souvent, prit la femme de son fils adoptif, entretint des relations sexuelles avec une fillette de neuf ans, attaqua des caravanes comme un bandit, tua des poètes, extermina toute une tribu juive à Médine ?

 

Les débuts de Mahomet

 

Mahomet est probablement né en 570 à la Mecque dans une riche famille de la tribu des Quraychites. Son père s’appelait Abd Allah, Allah étant un nom répandu à l’époque parmi les arabes. Devenu très tôt orphelin, il est élevé par son oncle Abu Talib qui l’emmène lors d’expéditions commerciales en Syrie. Le jeune Mahomet rencontra là-bas de nombreux juifs qui l’influencèrent de manière déterminante dans ses conceptions monothéistes. Parallèlement, il se mit au service d’une riche veuve, Khadija, avant de l’épouser. Son sens de la réussite sociale s’affirme donc assez tôt, comme le prouve ce mariage de raison qui lui permit de jouir d’une situation honorable.

 

Selon l’Islam, Mahomet commença à avoir des visions au Mont Hira, de sorte qu’il fut convaincu que Dieu l’avait choisi pour servir de messager. Il révéla publiquement ses visions en 613 aux mecquois. Les riches marchands de la ville s’opposèrent à Mahomet, à cause de ses premiers succès et de ses critiques véhémentes contre leur mode de vie. Mais pour tenter de se concilier leur bonne grâce, Mahomet admet que les divinités païennes de la Mecque pouvaient intercéder auprès de Dieu. Cette concession théologique dénote déjà l’opportunisme religieux de Mahomet qui, devant une situation politique délicate, n’hésite pas à nuancer ses principes monothéistes. Ce n’est que plus tard qu’il condamna ses anciennes paroles rejetées au statut de Versets Sataniques, selon at Tabari et Ibn Sad. Durant sa phase mecquoise en effet, une modération relative caractérise ses prises de positions religieuses et politiques.

 

Après la mort de son oncle Abu Talib et de sa femme Khadija, sa situation à la Mecque s’empira. L’élément décisif fut la rencontre avec un groupe d’habitants de Médine qui s’allièrent à lui pour régler certains de leurs problèmes politiques. Ils se convertirent au monothéisme affirmé par Mahomet, puis s’en retournèrent à Médine. Un groupe plus important de médinois s’allièrent ensuite avec Mahomet, de sorte que ce dernier quitta finalement la Mecque pour Médine en 622. Cette période correspond à l’Hégire, ou début de l’ère islamique. Pour un musulman, cette date constitue le point de départ d’une période prometteuse, mais pour Mahomet, elle signifie le début d’un radicalisme politique qui ira crescendo durant sa phase médinoise.

 

 La radicalisation médinoise

 

Arrivé à Médine, Mahomet rassembla ses partisans médinois et mecquois sous une même communauté, l’ouma. Il rédigea un document appelé Constitution de Médine où il appela à la guerre sainte. Après six mois à Médine, il lança des raids pour capturer des caravanes mecquoises allant en Syrie. Il attaqua notamment une caravane durant le mois sacré des païens, s’appropriant un cinquième du butin. Cette violation du mois sacré scandalisa les médinois, mais Mahomet réussit à se concilier de nouveau leur confiance.

 

Entre-temps, les relations avec les juifs devinrent de plus en plus difficiles. Précisons qu’à l’époque, Médine était occupé par huit clans arabes et trois clans juifs. A ses débuts Mahomet gardaient en haute estime les juifs, eux dont il devait tout sur le plan religieux. Des juifs appartenaient probablement à son entourage, peut-être des samaritains. Mais justement, comme il s’attendait à ce que les juifs fussent les premiers à accueillir favorablement son message monothéiste à Médine, il fut rapidement déçu par leur méfiance et leur frilosité. En effet, les juifs ne le recevaient pas comme leur prophète. Au comble de l’amertume, il se détourna du judaïsme et développa une religion qui tira désormais sa source mystique d’Abraham, et non plus de Moïse. Le divorce avec le judaïsme était consommé.  

 

En 624, il se lança dans une attaque contre une caravane mecquoise à Badr. Préalablement  informés des plans de Mahomet, les mecquois tentèrent de l’écraser avec des troupes supérieures en nombre, mais les musulmans finirent tout de même par les mettre en déroute. Ce succès, connu sous le nom de victoire de la bataille de Badr, contribua au prestige de Mahomet, bien qu’une vulgaire histoire de razzia et de pillage en fut à l’origine. Parmi les prisonniers se trouvait un dénommé Al Nadr qui s’était autrefois illustré en se moquant du prophète à la Mecque. Ivre de vengeance, Mahomet en profita pour l’exécuter, et Al Nadr devint la première victime connue du manque d’humour islamique…

 

Une année après toutefois, les mecquois tinrent leur vengeance en battant les musulmans à la bataille d’Ohod. Cette première défaite de l’Islam ébranla l’esprit de nombreux croyants, mais Mahomet détourna le sens de cette défaite en imaginant qu’Allah avait voulu mettre à l’épreuve les croyants.

 

L’extermination des juifs

 

Enfin les mecquois tentèrent une attaque massive contre Médine, ou « bataille du fossé » en 627. Ils assiégèrent la ville, mais durent abandonner leur entreprise à cause d’un fossé qu’ils ne purent franchir. C’est à l’issue de cette bataille que le crime le plus abject de Mahomet fut commis. Reprochant aux juifs leur prétendue trahison, Mahomet ordonna l’extermination des membres mâles de la tribu des Qurayza. Emmenés par groupe de cinq, ces hommes sont tous décapités et jetés dans des fosses communes creusées par les musulmans. Toute ressemblance avec des événements récents de l’Histoire européenne du XXième ne serait que fortuite. Les femmes et les enfants sont vendus comme esclaves. Après le carnage, Mahomet prend pour concubine la belle Rayhana, veuve de l’un des suppliciés.

 

Après quelques ultimes escarmouches sans succès, les Koraïchites de la Mecque comprennent qu’il ne leur reste plus qu’à se soumettre. C’est chose faite par le traité d’Hodaïbiya en 629 qui autorise les musulmans à effectuer un pèlerinage l’année suivante à la Mecque. En janvier 630, Mahomet entre à la Mecque à la tête d’une armée de 10 000 hommes et sans effusion de sang. Il se rend à la Kaaba, le sanctuaire de tous les Arabes, frappe les idoles aux yeux et ordonne de les détruire avant de retourner à Médine. Enfin en mars 632, peu avant de mourir, le Prophète accomplit un pèlerinage de trois jours à la Kaaba débarrassée de ses idoles. Il recommande alors à ses fidèles d’accomplir au moins une fois dans leur vie ce pèlerinage.

 

Mahomet et les femmes

 

Avant son entrée en politique, Mahomet n’eut que la riche Khadija comme épouse, son aînée de quinze ans. Aucun de ses enfants de sexe mâle ne survit, ce qui, dans la société bédouine, est un signe d’impuissance (abtar) et d’opprobre. Il est certain que cette descendance exclusivement femelle fut mal ressentie par Mahomet, et que ce dernier, les premiers succès aidant, chercha à placer nombre d’épouses et de concubines dans son lit.

 

Certes, la société arabe païenne pré-islamique autorisait la polygamie, mais il faut bien garder en esprit que Mahomet se revendiquait comme un monothéiste proche des juifs, non comme un païen. D’ailleurs Mahomet rejetait de nombreuses coutumes païennes, telles les "flèches du sort" citées dans le Coran (s.5, v.92), et avait adopté les mœurs juives de l’époque, ainsi leurs interdits alimentaires (s.5, v.4). Or les juifs refusaient la polygamie. Par conséquent Mahomet avait probablement conscience de se contredire lui-même en admettant la polygamie, cette coutume païenne qu’il aurait dû logiquement haïr, et son entourage d’origine juive devait s’en étonner. Pour régler ce petit problème diplomatique, une autorisation spéciale fut gracieusement accordée par Allah à Mahomet pour que ce dernier puisse épouser plusieurs femmes. Aussi de nombreuses femmes passèrent dans sa couche, parfois contre leur gré comme Marie, la captive copte.

 

Concernant le sexe, Mahomet ne connaissait ni règles ni contraintes. En effet, même si la plupart de ses mariages répondaient à un intérêt politique pour se concilier des alliances avec d’autres clans, le pouvoir de son seul désir s’exprima en de maintes occasions, comme l’illustre son aventure avec Zainab, la femme de son propre fils adoptif Zaid. Pour se justifier contre toute accusation d’inceste, Mahomet inventa une histoire incroyable où il reçut l’ordre divin de l’épouser. Selon l’Islam, un jour qu’il aperçut Zainab, Mahomet fut ébloui par sa beauté, et tout confus il rentra chez lui. Allah, qui fait décidément bien les choses, lui demanda alors de la prendre comme épouse, sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Mais encore prisonnier de ses scrupules, Mahomet aurait demandé la permission à Zainab qui aurait trouvé l’idée tout à fait ingénieuse, bien évidemment, puis à son fils Zaid qui accepta joyeusement de divorcer pour répondre au désir légitime de son père…

 

Les penchants sexuels de Mahomet rejoignent parfois le sordide. En effet, il épousa également Aïsha quelques mois avant l’Hégire, alors que lui avait passé la cinquantaine et qu’elle-même n’avait que… 6 ans. Fort heureusement, le prophète attendit sagement ses 9 ans avant de la pénétrer sexuellement. Puis Aïsha devint l’épouse préférée de Mahomet, détail qui révèle ses goûts très intimes. Ces faits incroyables sont relatés dans l’un des textes officiels de la tradition islamique, le hâdith 67 39. Dans certains pays appliquant la charia, cette histoire scabreuse avec une fillette de 9 ans fixe l’âge légal du mariage islamique. Soulignons que si Mahomet avait créé sa religion à notre époque, toute la presse se serait déchaînée contre lui en l’accusant d’être un affreux gourou pédophile…

 

Contrairement à la pudeur chrétienne, l’Islam ne rejette d’ailleurs pas les joies du sexe pour le croyant tué au combat. Arrivé au paradis en effet, le combattant musulman se voit accordé de nombreuses houris « aux gros yeux », ou vierges célestes, pour son bon plaisir. Les fantasmes d’une copulation éternelle imprègnent jusqu’à l’esprit des terroristes islamistes qui, dans leur esprit malade, enveloppent soigneusement leurs parties génitales avant de s’exploser. Pourtant ils devraient pouvoir s’en passer, car l’Islam donne même des détails pornographiques sur les détails du pénis dont seront heureusement dotés les croyants au paradis, ainsi un phallus « lisse comme un œuf ».

 

 Les meurtres personnels de Mahomet

 

A ses débuts mecquois, Mahomet prêchait une religion relativement pacifique, axant son message sur la foi et sur la rédemption. Cette phase de modération correspondait-elle réellement à son état d’esprit, ou bien ne traduisait-elle surtout que sa prudence politique, lui qui devait se confronter à l’hostilité des puissants marchands de la Mecque ? N’en déplaise aux admirateurs de l’Islam, la seconde hypothèse reste la plus logique et la plus rationnelle. Car sitôt échappé à Médine au milieu de ses partisans, Mahomet commis nombre de meurtres politiques ou personnels d’une cruauté parfois insoutenable.

 

Nous avons vu qu’à l’issue de la bataille de Badr, il fit exécuter Al Nadr dont il n’appréciait guère les plaisanteries. Comme on lui jetait la tête d’un autre prisonnier décapité, Mahomet s’écria : « Cela m’est plus agréable que le plus beau chameau de toute l’Arabie ». Une telle formule se passe naturellement de commentaire. Puis Ocba fit les frais de la nouvelle religion crée par Mahomet, cette religion censée louer un dieu miséricordieux, selon un passage de la Biographie du Prophète :

 

« Deux jours plus tard (…) Ocba fut renvoyé pour être exécuté. Il tenta de protester et demanda pourquoi il devait être traité avec plus de rigueur que les autres captifs. « En raison de ton inimité avec Allah et son prophète », répondit Mahomet. « Et ma petite fille ! cria Ocba dans l’amertume de son âme, qui prendra soin d’elle ? ». « Les feux de l’enfer ! » s’exclama le prophète. Et à cet instant, la victime fut fendue jusqu’aux pieds. « Misérable que tu es ! » continua-t-il, « et persécuteur ! Mécréant qui ne crois ni en Allah, ni en son prophète, ni en son livre ! Je remercie le seigneur qui t’as tué, et ainsi a consolé mes yeux ».

 

On remarquera que le seul reproche que Mahomet formule pour justifier le meurtre d’Ocba, c’est son impiété. Ocba n’était ni un bourreau des premiers musulmans, ni un meurtrier sanguinaire. Il mourut pour la simple et bonne raison qu’il refusa l’Islam, fidèlement à ses convictions personnelles.

 

Ces assassinats troublèrent cependant quelques âmes sensibles, puisque le prophète trouva le moyen de se justifier par une nouvelle révélation : « Il n’appartient pas au prophète de faire des captifs, tant que, sur Terre, il n’a pas complètement vaincu les incrédules » (s.8, v.67).

 

Mais Mahomet assassine aussi des femmes. La poétesse Asma bint Marwan avait composé des vers contre cet étranger de Mahomet dont la nouvelle religion l’indignait. Apprenant ses dires un peu trop injurieux à son goût, Mahomet questionna : « N’y aurait-il donc personne pour me débarrasser de la fille de Marwan ? » Un serviteur zélé de Mahomet se porta volontaire en assassinant la malheureuse dans son lit. Lorsque ce serviteur exprima ses craintes quant à la réprobation possible d’Allah devant ce meurtre, preuve que les remords étaient parfois supérieurs dans le cœur de ses guerriers que dans le sien, Mahomet le rassura en lui disant que « même deux chèvres ne se disputeraient pas pour cela ». D’autres poètes suivirent sur la liste noire des assassinés, tel Abu Afak, lui qui avait osé critiquer le prophète.

 

Mahomet ordonna également le meurtre de Kab ibn al-Ashraf, fils de femme juive, qui tenta de mobiliser les foules mecquoises contre le prophète. Se faisant passer pour un ami, des partisans musulmans l’assassinèrent durant la nuit, près d’une cascade. On remarquera la tromperie qui précéda cet acte odieux, preuve que Mahomet n’obéissait pas toujours au code de l’honneur dès qu’il s’agit de sa personne. Au contraire, il félicita ses serviteurs qui jetèrent à ses pieds la tête coupée de Kab. Au milieu des assassinats qui touchèrent ensuite nombre de juifs, un homme s’écria même, voyant le meurtre d’un juif tué par son ancien ami musulman, que « une religion qui pousse à faire cela est certainement merveilleuse ! ».

 

Conclusion

 

Contrairement à Jésus qui subit la condamnation des hommes avant de souffrir sur la croix, Mahomet mourut en pleine gloire terrestre, à la fois puissant et respecté par ses contemporains. Les nombreuses conquêtes militaires lui conférèrent des droits inimaginables sur des populations entières, et ses révélations divines, bien qu’arrangées pour son satisfaire ses penchants humains, lui accordèrent une autorité considérable sur les hommes. Certes, un intérêt sincère pour la religion a certainement dû guidé Mahomet, durant sa première phase à la Mecque. Mais dès qu’il comprit son indiscutable pouvoir de conviction sur ses proches, son éloquence et son charisme incontestable, Mahomet devint un puissant manipulateur des esprits au service d’une cause essentielle à ses yeux : l’unification politique des arabes sous son égide, lui le seul intermédiaire avec le divin.

 

Bien sûr, il est assez probable qu’il croyait réellement en l’existence du dieu monothéiste dont parlait les juifs, mais en aucun moment Mahomet ne montre un intérêt excessif pour la discussion théologique, la recherche de l’absolu ou l’approfondissement personnel de la foi. La plupart, voire la totalité de ses croyances ne sont que des récupérations compilées du judaïsme, du paganisme, du christianisme apocryphe ou encore du zoroastrisme. Rien dans l’Islam ne constitue une innovation majeure sur le plan de la spiritualité intérieure. Il n’avait pas épousé le christianisme parce qu’il avait mal saisi le concept de la Sainte-Trinité, croyant que les chrétiens croyaient réellement en trois dieux. Mahomet n’était pas un intellectuel, mais un homme pratique doué d’une intelligence déterminante. Il avait compris que l’unification des arabes passait logiquement par l’unification des dieux autrefois païens en une seule personne : Allah.

 

D’un point de vue historique, Mahomet fut respectivement un chef de bandits, un pilleur de caravanes, un bourreau antisémite, un pédophile, un tueur de poètes, un affabulateur, un gourou. Au lieu de rechercher le pouvoir sur soi-même ainsi que l’exigerait un véritable homme de Dieu, la recherche du pouvoir sur les autres inspira la majeure partie de ses actes et de ses paroles. Car le grand génie de Mahomet, c’est d’avoir conçu, pour la première fois de l’Histoire universelle, une religion à des fins politiques. 

Repost 0
Published by Utopia-666 - dans Religion - دين
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 18:01
Le 12 octobre 2010. Est-ce dans la nature de l'amour que d'être aussi volatile et vaporeux? Chaque fois que l'on croit tenir l'amour, le vrai amour, le seul amour, et que l'on s'engage corps et âme dans l'écriture d'un poème à la gloire de Cupidon, tout s'inverse et ce dieu vénéré s'avère n'être qu'un imposteur de plus. Ou est-ce que tout ne dépend en rien de nos désirs et volontés, qui ne sont faites que pour servir de passe-temps au temps lui-même? Ou est-ce nos esprits sont les seuls responsables de ces trappes où nous ne cessons de tomber au cours de notre course effréinée à la recherche d'un amour qui n'existe que dans nos têtes malades...? Je ne sais plus quoi dire à propos de toute cette comédie débile...!
Repost 0

Sites partenaires

Rechercher

Whos Amung Us

مقالات مختارة للكاتب من موقع الحوار المتمدن

مدونة #مالك_بارودي

Texte Libre

Translate this with Google