Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 10:41

Voici la première liste d'une très longue qui va suivre de pages facebook et de sites censurés par le tribunal militaire de Tunis.Après les 14 journalistes brutalisés,les arrestations arbitraires,les menaces sur des opposants d'opinion,la censure de Charlie Hebdo,la censure de Facebook...Retour à la case départ.

 

censure-tunisie.jpg

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 17:47

 

 

 

Application de Sebsi et Mbazza d'une stratégie faites par l'IFES un bureau d'étude américain.

 

Prenez cette belle surprise: ce n'est pas le Sebsi qui a décidé de la formation du comité constitutionnel c'est l'IFES (Fondation Internationale... pour les systèmes électoraux - IFES) bien sûr puisque c'est un bureau d'étude il faut que quelqu'un commande ce genre de conseil... voici les deux rapport datées du 5 février 2011 ça veut dire que le rapport a été commandé avant cette date probablement en Janvier, alors que le Sebsi est arrivé le 28 février 2011. Ceci confirme un conseil américain et étranger de nos affaires propres politiques les plus sensibles. Ces rapports présentent toute une stratégie pour sortir la Tunisie de la crise et apparemment ce qui est mentionnée dans ces rapport est appliquée presque mot à mot sur l'avenir et le devenir du peuple tunisien.    

 

http://www.ifes.org/Content/Pu blications/White-Papers/2011/~ /media/Files/Publications/Whit e%20PaperReport/2011/IFES_Tuni sia_Briefing_Paper_Jan2011.pdf   http://www.ifes.org/Content/Publications/White-Papers/2011/~/media/Files/Publications/White%20PaperReport/2011/IFES_Tunisia_Briefing_Paper_feb2011.pdf  

 

Par exemple: Dans ce rapport, l'IFES conseille de faire le comité maintenant en place pour réaliser la loi électorale du comité constitutionnel, elle indique clairement dans ce rapport que le professeur Ben Achour Yadh serait la figure indépendante qui fera l'affaire et qui présidera ce comité. La parité entre hommes et femmes est mentionnée aussi.   Voici notre étude préliminaire de ces deux rapport, on est entrain de tout décortiquer.   PS: un point noir concernant l'IFES: il était décrit en relation avec la Fondation nationale pour la démocratie (NED) utilisée comme couverture par les États-Unis pour leurs actions secrètes d’infiltration et de déstabilisation selon le journaliste mexicain Edgar González Ruiz.

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 17:38

ltaief.jpg

 

 

عائلة لطيف : تتكون هذه العائلة من ثلاثة أخوة: كمال وصلاح ورؤوف، ويعتبر الأول صدي...قاً شخصياً للرئيس بن علي منذ وقت طويل. وكانت هذه العائلة القوية والمتكونة من مقاولين في الأشغال العمومية، تمتلك القدرة على تشكيل وإعادة تشكيل الحكومات، طيلة السنوات الخمس الأولى من تاريخ حكم الرئيس بن علي. وقد احتل أحد أعضاء هذه العائلة مولدي زواري وزارة ا...لفلاحة عن طريق التحالف. وكانت كل الشخصيات التونسية تنتظر في مكتب كمال لطيف القائم بنهج بيروت قبل مقابلته. وقد مكنه هذا الامتياز من الظفر بمعظم عقود مقاولات البناء العمومية، وكل مدير عام لشركة تابعة للقطاع العام مجبر على منحه عقود الأشغال العمومية، لشركته تحت طائلة فصله. وحتى الشركات التابعة للقطاع الخاص، فإنها تخضع للقاعدة نفسها. مثلا لا يستطيع مؤسس فندق أن يحصل على قروض من البنك دون أن يعطي لشركة لطيف مهمة تنفيذ أشغال البناء. وقد استحوذت هذه العائلة على ملايين الدولارات بفضل احتكارها واستحواذها على أسواق مقاولات البناء في القطاعين العام والخاص.غير أنه منذ عام 1992، سقطت هذه العائلة من برجها العاجي بسبب خلاف نشب بين كمال لطيف وبن علي، حيث رفض الأول دخول عائلة مافياوية جديدة في نظام النهب، أي عائلة ليلى الطرابلسي الزوجة الثانية للرئيس بن علي، ومنذئذ خضعت عائلة لطيف لعقوبات صارمة، ووضعت تحت الرقابة البوليسية، وأحرقت عدة مقرات لها، والتزم أعضاؤها سياسة الصمت ثمن بقائهم على قيد الحياة

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 16:37
'); ]]> Click here to find out more!
Tunisie: Imed Trabelsi condamné à deux ans de prison ferme

Imed Trabelsi, neveu de l'épouse du président tunisien déchu Ben Ali, a été condamné à 2 ans de prison ferme pour consommation de stupéfiants, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, annonçant ainsi la première condamnation d'un membre de l'ex-famille présidentielle.

Imed Trabelsi, neveu de l'épouse du président tunisien déchu Ben Ali, a été condamné à 2 ans de prison ferme pour consommation de stupéfiants, a indiqué à l'AFP une source judiciaire, annonçant ainsi la première condamnation d'un membre de l'ex-famille présidentielle.

"Imed Trabelsi a été condamné à deux ans de prison ferme et à une amende de 2.000 dinars (environ 1.000 euros)", a précisé la même source.

L'audience samedi devant le tribunal de première instance de Tunis, en présence du prévenu, n'a duré que 30 minutes, a ajouté cette source.

La première audience publique dans cette affaire de consommation de stupéfiants avait eu lieu le 20 avril.

Imed Trabelsi avait été arrêté le 14 janvier, jour de la fuite du président déchu Ben Ali en Arabie Saoudite. Il est détenu depuis avec d'autres membres de sa famille à la base militaire à l'Aouina, près de Tunis.

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 20:50

 

 

'); ]]> Click here to find out more!
Tunisie: la police fait une démonstration de force lors d'une manifestation

Avenue Bourguiba, en plein coeur de Tunis, 200 jeunes manifestants scandent des slogans anti-gouvernementaux. Soudain, la police lance la charge et les traquent sans faire de distinction entre manifestants et journalistes dans une brutale démonstration de force.

Avenue Bourguiba, en plein coeur de Tunis, 200 jeunes manifestants scandent des slogans anti-gouvernementaux. Soudain, la police lance la charge et les traquent sans faire de distinction entre manifestants et journalistes dans une brutale démonstration de force.

Vendredi 13H50: des manifestants crient depuis une vingtaine de minutes des slogans comme "dégage", "le gouvernement de transition travaille toujours pour (le président déchu) Ben Ali" et "nous voulons un autre révolution".

Ils font face à un cordon de policiers déterminés à les empêcher de progresser en direction du ministère de l'Intérieur sur l'avenue Habib Bourguiba, un des épicentres de la contestation qui a provoqué la chute du régime de Ben Ali le 14 janvier.

Les mains des manifestants s'agitent pour leur signifier de "dégager" eux aussi.

13H52: soudain, les forces de l'ordre chargent les manifestants. Tirs massifs de gaz lacrymogènes.

La panique se propage parmi les manifestants et les piétons qui se lancent dans une course effrénée pour se mettre à l'abri dans les halls d'hôtels et de bâtiments. Les magasins baissent leur rideau de fer.

Cagoulés, en uniforme ou en civil, les policiers sillonnent l'avenue Bourguiba à bord de moto, d'autres avec des chiens noirs, à pied. Un blindé léger circule également sur l'avenue.

Sous le regard d'hommes en costume cravate salués respectueusement par les forces de l'ordre, un manifestant est durement frappé par plusieurs policiers alors qu'il est tombé sur les rails des tramways verts sapin de Tunis.

D'autres manifestants sont frappés à coup de matraque et de bâtons toujours encerclés par plusieurs policiers à la fois.

Ensuite, la violence n'épargne pas non plus les journalistes, dont un photographe de l'Agence France-Presse (AFP), Fathi Belaid.

"J'ai été agressé par 4 policiers dans l'escalier du journal La Presse. Ils m'ont pris 2 appareils photo et un ordinateur portable et m'ont frappé sur la tête avec des barres de fer", dit-il.

Un autre photographe travaillant pour l'agence EPA, Mohamed El-Hammi, est également tabassé.

"Ils m'ont violemment tabassé et m'ont confisqué mon appareil photo et ce sont des policiers en civil qui m'ont confisqué mon matériel. Je ne peux plus bouger mon dos tellement j'ai mal", raconte-t-il à l'AFP avant de se rendre à la clinique.

La veille, c'est un autre photographe de l'agence américaine Associated Press (AP), Hassan Dridi, qui reçoit des coups de poing et de pied alors qu'il est à terre après avoir tenté de prendre des photos de la dispersion d'une manifestation.

Vendredi 14h00: les forces de l'ordre procèdent à des interpellations violentes, frappant à coups de pied et de matraque des manifestants, dont certains sont à terre.

La police traque des jeunes manifestants dans les rues adjacentes à l'avenue Bourguiba y compris dans des immeubles.

Terrifiées, plusieurs fillettes s'évanouissent près du ministère des Affaires de la femme. La police continue sa traque.

La manifestation avait été appelée sur Facebook pour soutenir un ancien ministre de l'intérieur Farhat Rajhi, qui a provoqué un électrochoc dans le pays en évoquant la préparation d'un "coup d'Etat militaire".

Le gouvernement transitoire avait dénoncé ses propos, affirmant qu'ils "constituent une atteinte à l'ordre publique".

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 20:44

Quatorze journalistes travaillant pour des médias internationaux et tunisiens ont été frappés par les forces de l'ordre lors de la couverture de manifestations jeudi et vendredi à Tunis, a déclaré le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT). "Des dizaines de policiers en tenue et en civil ont frappé d'une manière cruelle des journalistes bien qu'ils savaient qu'ils étaient journalistes et ils ont cassé des appareils photo et ont poursuivi des journalistes jusqu'à l'entrée du journal La Presse", écrit le SNJT dans un communiqué parvenu vendredi.

Le SNJT, qui qualifie ces violences de "crime contre la liberté de la presse", dénonce "les pratiques oppressives des agents de police à l'encontre des journalistes". Les forces de l'ordre tunisiennes ont violemment dispersé jeudi et vendredi des manifestations antigouvernementales dans le coeur de Tunis, ne faisant pas la différence entre manifestants et journalistes qui couvraient ces manifestations. Elles ont ensuite procédé à des interpellations violentes, notamment en frappant à coups de pied et de matraque des manifestants, dont certains étaient à terre. Le nombre des personnes interpellées n'a pas été communiqué.

Ces violences "commises par les agents de la police ont pour but de verrouiller les médias et de priver l'opinion publique des réalités" en Tunisie, selon le SNJT, qui met en garde contre les menaces "de faire retourner le pays sous l'oppression" qu'il a connue sous l'ancien régime du président Ben Ali. Le SNJT estime que le gouvernement provisoire est "entièrement responsable de la protection des journalistes" et a le devoir de "leur fournir les conditions adéquates pour exercer leurs fonctions".

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 17:49

 

'); ]]> Click here to find out more!
Dispersion violente d'une manifestation anti-gouvernementale à Tunis

Les forces de l'ordre tunisiennes ont violemment dispersé vendredi environ 200 manifestants dans le coeur de Tunis qui réclamaient la "démission" du gouvernement transitoire et "une nouvelle révolution", ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les forces de l'ordre tunisiennes ont violemment dispersé vendredi environ 200 manifestants dans le coeur de Tunis qui réclamaient la "démission" du gouvernement transitoire et "une nouvelle révolution", ont constaté des journalistes de l'AFP.es manifestants qui scandaient depuis une vingtaine de minutes des slogans comme "dégage" et "le gouvernement de transition travaille toujours pour (le président déchu) Ben Ali" ont fait face à un cordon de policiers déterminés à les empêcher de progresser en direction du ministère de l'Intérieur sur l'avenue Habib Bourguiba.

Puis soudain, les forces de l'ordre ont chargé les manifestants en tirant massivement des gaz lacrymogènes, créant un mouvement de panique parmi les manifestants, majoritairement des jeunes, et les piétons qui se sont tous lancés dans une course effrénée pour se mettre à l'abri pendant que les magasins baissaient leur rideau de fer.

Les forces de l'ordre, dont la majorité étaient cagoulés, sillonnaient l'avenue Bourguiba à bord de moto, d'autres avec des chiens, à pied, et même un blindé léger circulait également sur l'avenue.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat de connaître le nombre des blessés.

Un photographe de l'Agence France-Presse (AFP), Fathi Belaid, a été agressé par des forces de l'ordre.

"J'ai été frappé par 4 policiers dans l'escalier du journal La Presse. Ils m'ont pris 2 appareils photo et un ordinateur portable et m'ont frappé sur la tête avec des barres de fer", a-t-il dit.

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 01:29


إنتظمت عشية اليوم الخميس مسيرة احتجاجية سلمية ضمت مئات من الشباب من الجنسين، طالبوا بإسقاط الحكومة الانتقالية وإعلان حكومة وطنية.
ورفع المحتجون الذين تجمهروا أمام المسرح البلدي وكذلك مقر وزارة الداخلية عديد الشعارات من بينها /الشعب يريد ثورة من جديد/ و/لا خوف، لا رعب .. السيادة بيد الشعب/ و/يا شعب ثور ثور على بقايا الدكتاتور/. كما رددوا النشيد الوطني في عديد المناسبات.
وأوضح عدد من المشاركين في الاحتجاجات لموفد /وات/ أن هذه المسيرة سلمية وتلقائية ولم يدع لها أي حزب سياسي أو جهة، مشيرين إلى أنها جاءت على خلفية التصريحات التي أدلى بها فرحات الراجحي رئيس الهيئة العليا لحقوق الانسان والحريات الأساسية ووزير الداخلية السابق، حول الأخطار التي يمكن أن تتهدد مستقبل الأوضاع في البلاد والموعد الانتخابي المقبل.
يذكر أنه تم تداول الحديث الصحفي المصور على الشبكة الاجتماعية /فايسبوك/ قبل أن تتناقلها بعض المحطات الاذاعية.
وطالب المحتجون الحكومة المؤقتة بتقديم توضيحات حول مدى صحة المعطيات التي تضمنتها تصريحات الراجحي من عدمها.
ويشار إلى أن هذه المسيرة التي دامت أكثر من ساعتين، تم تفريقها باستخدام العصي، في حدود الساعة الخامسة والربع بعد الزوال من قبل أعوان الأمن الوطني الذين لم يتدخلوا طوال هذه الاحتجاجات.
Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 22:14

تونس – 5 ماي 2011

إثر التصريحات التي أدلى بها السيد فرحات الراجحي، رئيس الهيئة العليا لحقوق الإنسان والحريات الأساسية ووزير الداخلية الأسبق حول الايادي الخفية التي تحرك العمل الحكومي في تونس و النوايا الداخلية و الاجنبية التي تتهدد البلاد، ورغم بعض التحفظات على الشكل و الأسلوب،

يعلن حزب المجد مساندته للشجاعة السياسية التي تحلى بها السيد فرحات الراجحي في كشفه عن مجموعة من الحقائق ترسيخا للشفافية و البناء الديمقراطي القائم على تنمية الروح النقدية خدمة لعزة الوطن و حدها دون سواها من المصالح الضيقة.

و يعتبر حزب المجد أن تصريحات السيد فرحات الراجحي تلتقي مع حالة القلق و الحيرة والخوف على المستقبل التي يعيشها المواطن التونسي بفعل تفاقم التساؤلات حول حالات الانفلات الأمني سيما في السجون و الضبابية و غياب الشفافية في التعيينات في الحقائب والدواوين الوزارية، فضلا عن الغموض و الارتباك الذي يكتنف عمل الحكومة.

و إذ يجدد حزب المجد دعوته لكل مكونات الطبقة السياسية في السلطة و المعارضة لترسيخ معاني الأخوة الوطنية، فإنه ينبه إلى ضرورة كشف الحقائق سيما المتعلقة بالأيادي الخفية التي ذكرها السيد الراجحي و من قبله الأستاذ الشابي و عديد الأصوات و من بينها حزب المجد.

كما يعبر الحزب عن استغرابه من تقديم بعض الهيئات الأمريكية غير ناصعة السيط، استشارات للحكومة و هيئة الإصلاح السياسي في غياب تام لإعلام المواطن بنشاطها، في حين تم منع عدد من الوجوه الوطنية و مؤسسات المجتمع المدني و الأحزاب المعترف بها من المشاركة في أشغال الهيئة.

و يدعو حزب المجد رئيس الحكومة المؤقت، السيد الباجي قايد السبسي إلى تحمل مسؤوليته في الكشف عن عمل هذه الهيئة الأمريكية كما يدعو إلى كشف الحقائق حول ما أدلى به السيد فرحات الراجحي وإعلام المواطنين بالعمل الحكومي في إطار الشفافية التامة والقطع مع سياسة التجنب، في سبيل تأمين الانتقال الديمقراطي في اقرب الآجال.

عن حزب المجد

الرئيس

عبد الوهاب الهاني

Repost 0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 15:07

Paradis et enfer : la carotte et le bâton

.

A propos du Paradis des musulmans

Le paragraphe reproduit ci-dessus est extrait d’un ouvrage de Daniel Hourès. Cette « hadith » (parole ou acte attribué à Mahomet) dite « de Bukhari » est une sorte de résumé de ce que tout musulman est obligé de croire. Et parmi ces croyances « de base », il y a le fait de croire en l’existence d’un paradis et d’un enfer.

Il n’y a là rien de bien original en soi puisque cette croyance est commune à de nombreuses religions. D’ailleurs, le même Daniel Hourès a rappelé, dans son livre, que la religion inventée par Mahomet n’avait rien de bien original. Voici ce qu’il a écrit à ce propos :

A propos du Paradis des musulmans

L’islam s’adressait initialement au peuple inculte des bédouins d’Arabie. Et pour mieux inciter ce peuple belliqueux à combattre au nom de son dieu unique, Mahomet le roublard usa de la bonne vieille technique de la carotte et du bâton, autrement dit du paradis et de l’enfer. Mais là, il surpassat toutes les religions ayant existé et même à venir.

Son coran regorge de versets ayant trait au paradis qu’il promettait aux “bons croyants” et à l’enfer où les “impies” sont supposés croupir jusqu’à la fin des temps. On s’en convaincra en se reportant à l’étude analytique du coran qui constitue l'autre partie de la présente étude. Le paradis de Mahomet c’est une sorte de Disneyland à la mode arabe, un vrai paradis de carton pâte qu’il n’a de cesse d’”améliorer” de sourate en sourate.

Il va de soi que pour un pauvre bougre qui vit dans l’une des régions parmi les plus désertiques de la planète, le paradis au mille fleuves et aux vierges aux seins arrondis peut vite devenir un véritable mythe, pour ne pas dire une réelle obsession.

Le paradis pourra d’autant plus facilement fasciner que l’enfer des impies ferait pâlir de jalousie les disciples du marquis de Sade :
Sourate IV (4), verset 59 : Ceux qui refuseront de croire à nos signes, nous les approcherons du feu ardent. Aussitôt que leur peau sera brûlée, nous les revêtirons d'une autre, pour leur faire éprouver un supplice cruel. Dieu est puissant et sage.
Sourate XVIII (18), verset 28 : nous avons préparé pour les impies le feu, qui les entourera de ses parois. Quand ils imploreront du secours, on leur donnera de l'eau ardente comme le métal fondu, qui leur brûlera la figure.
Sourate XXII (22), versets 20 & 21 : les fidèles et les incrédules sont deux adversaires qui se disputent au sujet de Dieu ; mais les vêtements des infidèles seront taillés du feu, et l'eau bouillante sera versée sur leur tête.
Leurs entrailles et leur peau en seront consumées ; ils seront frappés de gourdins de fer
.

etc... etc...

A contrario, quel bonheur pour le “shahid” – ou martyr de la guerre sainte – à qui l’on ira jusqu’à promettre le paradis, quels que soient les péchés qu’il a pu commettre avant sa mort.

Et comme ça ne suffisait sans doute pas pour inciter les bédouins à se faire tuer au nom d’Allah, Mahomet finira par promettre aux “moudjahidins” (combattants de la guerre sainte contre les infidèles) de pouvoir intercéder auprès de dieu en vue de la venue au paradis de 70 personnes de leur choix !
Imaginez donc : des milliers de musulmans faisant la queue devant la porte du bureau d’Allah Legrand & Cie avec leur liste à la main...

Daniel Hourès résume ainsi la carotte et le bâton :

A propos du Paradis des musulmans
A propos du Paradis des musulmans

 

Il faut être particulièrement naïf pour croire de telles fariboles. Il n’en demeure pas moins que dans de nombreuses régions du monde soumises à l’emprise de l'islam, des milliers de pauvres types, conditionnés par l’enseignement coranique, sont prêts à se faire tuer – et à tuer des dizaines, des centaines, voire même des milliers d’innocents – sur la foi de ces calembredaines.

Et pourtant, on trouve des dizaines de ces prétendues « écoles coraniques » qui, au sein même de nos nations évoluées, distillent insidieusement ces mensonges grossiers et incitent une jeunesse désoeuvrée, déboussolée, sans véritables racines, à mourir en « martyrs de l’islam ». A ces pauvres diables, nos dirigeants n’ont pas réussi à faire comprendre que l’on ne construira pas le monde de demain sur les fantasmes des peuples d’hier et d’avant-hier.

C’est une véritable honte, pour nos démocraties, que de laisser enseigner de telles âneries, de telles incitations au crime. Aucune forme de « liberté religieuse » ne peut justifier l’incroyable laxisme dont bénéficient les « écoles » coraniques, foyers de sédition, d’intolérance et de négation des droits les plus élémentaires dont nos démocraties se disent être les défenseurs inconditionnels.

 

Liberté de pensée, oui. Liberté pour l’enseignement de l’intolérance et du crime organisé, non !

Oui aux hommes qui décident et agissent en tout état de cause. Non aux moutons de l’islam, à ceux et celles bêlant avec le troupeau et ne fonctionnant qu’à la carotte et au bâton !

Il est bien pauvre celui qui a besoin de la carotte pour faire le bien et du bâton pour s’abstenir de faire le mal. Il est encore bien plus pauvre le « moudjahidin » qui tue des innocents en s’imaginant que cela va lui permettre d’accéder à un paradis que personne n’a jamais vu… et qu'il ne verra jamais !

Repost 0

Sites partenaires

Rechercher

Whos Amung Us

مقالات مختارة للكاتب من موقع الحوار المتمدن

مدونة #مالك_بارودي

Texte Libre

Translate this with Google