Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 15:05

Le mouvement islamiste tunisien Ennahda soutient les acquis de la femme tunisienne, y compris l’interdiction de la polygamie instituée par le Code de Statut Personnel (CSP), a affirmé mardi un haut responsable du mouvement, tout en défendant le voile islamique.

« Nous ne trouvons rien dans le Code du Statut Personnel qui soit en contradiction avec nos convictions, nos principes et nos valeurs », a déclaré Noureddine Bhiri, membre du bureau politique d’Ennahda, interrogé par l’AFP, à l’occasion de la Journée mondiale de la femme.

Promulgué dès 1956, le CSP abolit la polygamie et la répudiation, une exception dans le monde arabe où le statut de la femme demeure encore aujourd’hui une pomme de discorde entre libéraux et intégristes.

La polygamie dans les autres pays arabes et « les restrictions à la liberté de la femme relèvent des traditions sociales », a noté M. Bhiri, affirmant qu’ « Ennahda s’attache aux acquis de l’Etat moderne et aux règles établies par le CNP ».

« La polygamie n’est pas une obligation et celui qui n’est pas polygame n’est pas forcément en contradiction avec la charia », la loi islamique, a-t-il expliqué, ajoutant que la femme avait été, au même titre que l’homme, « victime de l’injustice sous le régime déchu » du président Zine El Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir à la mi-janvier.

« La femme se doit de participer à la réalisation des objectifs de la révolution » et « Ennahda se tient à ses côtés pour défendre ses droits pleinement et sans exclusive », a-t-il encore dit.

 

 

Le responsable d’Ennahda a cependant défendu le voile islamique au « nom de la liberté de la femme à choisir sa tenue vestimentaire selon ses convictions mais à condition de ne pas nuire à la morale publique ou à la liberté d’autrui ».

Dénonçant comme « une grande injustice » l’interdiction du voile islamique dans la fonction publique en Tunisie, il a invité le ministre de l’Education, Taïeb Baccouche, à « prendre d’urgence une décision pour abroger » cet interdit en vigueur sous le règne de Ben Ali « dans les écoles, lycées et universités ».

Le mouvement Ennahda, largement réprimé sous le régime de Ben Ali, a été légalisé le 1er mars, trente ans après sa fondation en 1981 par Rached Ghannouchi avec des intellectuels inspirés par les Frères musulmans égyptiens.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sites partenaires

Rechercher

Whos Amung Us

مقالات مختارة للكاتب من موقع الحوار المتمدن

مدونة #مالك_بارودي

Texte Libre

Translate this with Google