Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 21:29

Lu sur le site du journal pseudo-indépendant Le Temps!

logo_letemps20.gif

.

.

« L’image de la femme arabe dans ses écrits » :

expériences et témoignages : Création en miroirs

.

Tunis vit depuis samedi dernier et jusqu’aujourd’hui 8 mars - journée internationale de la femme - un événement culturel hors du commun, organisé à Gammarth par l’Union des écrivains tunisiens - présidée par Mme Jamila Mejri - et placé sous le haut patronage de Mme Leïla Ben Ali, épouse du Président de la République et présidente de l’Organisation de la Femme Arabe. 

Il s’agit du colloque intitulé «L’image de la femme arabe dans ses écrits» qui connaît l’affluence de participants de dix huit pays arabes, (la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, l’Egypte, le Soudan, la Syrie, l’Irak, le Liban, la Mauritanie, la Libye, le Yémen, le Bahreïn L’Arabie Saoudite, la Jordanie, le Koweït, la Palestine , les Emirats Arabes Unis et le Sultanat d’Oman). Ceux-ci ont apporté à cette occasion, leurs témoignages sur leurs expériences respectives d’écriture dans les domaines de la nouvelle, du récit et de la poésie. Leurs interventions ont porté notamment sur l’image de la femme dans les écrits contemporains ainsi que sur la genèse et la modernisation des écrits féminins arabes.
Jamila_Mejri.jpgLe ministre de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, M.Abderraouf Basti a évoqué à l’ouverture du colloque que la femme, consciente de sa double responsabilité dans la concrétisation du projet réformiste et moderniste en Tunisie, n’a cessé d’œuvrer pour s’assurer une place prépondérante et distinguée dans les différents domaines de la création littéraire et artistique. 

Pour Mme Jamila Mejri, présidente de l’Union des écrivains tunisiens, la tenue de cette conférence à Tunis, illustre la bonne image dont jouit la femme dans notre pays ; un pays qui a enfanté des femmes illustres depuis l’aube des temps et qui a défendu ses droits , lui faisant atteindre le rang de partenaire à part entière, au même titre que l’homme.  

A cette occasion, nous apportons ici quelques témoignages d’hommes et de femmes de lettres que nous avons rencontrés, soit à l’ouverture du colloque, soit dans d’autres circonstances.

.

Commentaires:

- Juste un mot: ON SE FOUT DE NOS GUEULES! Comprenne qui pourra!

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Passadena 09/04/2010 14:06



Toutes ces putes qui gouvernent et guident le pays... Et l'on se demande pourquoi il ressemble davantage à un bordel qu'à un vrai pays! Merde!



Passadena 09/04/2010 14:05



La merde, c'est féminin!


FEMININ!



Starmageddon 13/03/2010 21:14


Bien sûr qu'ils se foutent des gueules des gens! C'est évident, à moins d'être hypocrite, comme eux!


Utopia-666 09/03/2010 21:55


« La femme tunisienne, symbole de l’authenticité et de la modernité » tel est le titre du nouveau livre écrit par la poétesse Jamila Mejri, présidente de
l’Union des écrivains tunisiens, paru récemment, en langue arabe, dans la collection « Livre d’El Horria », collection consistant en la publication d’un livre culturel par mois, sous l’égide du
journal « El Horria », organe du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

La parution de ce livre coïncide avec la célébration du cinquantenaire de la promulgation du code du statut personnel et la présidence tunisienne, en la personne de Mme Leila Ben Ali, épouse du
Président de la république, de l’Organisation de la femme arabe.

Ce livre de 115 pages, de format moyen, dont la couverture est illustrée par une reproduction du tableau du grand artiste-peintre tunisien Jalel Ben Abdallah, intitulé « la dame aux colombes », est
un document important concernant les acquis de la femme tunisienne à travers les siècles.

Jamila Mejri a adopté, dans ce livre, une approche historique, mettant l’accent sur le rôle éminent de la femme depuis la fondation de Carthage par la reine Elyssa, passant en revue les figures
féminines de proue de la Tunisie et expliquant que les Tunisiennes ont contribué à l’édification de la civilisation et participé activement à la vie de la société.

L’auteur a également mis en exergue le rôle de l’éducation de la femme dans l’essor de la famille et de la société.

Jamila Mejri fait remarquer que « la marche de la libération de la femme en Tunisie se poursuit depuis 14 siècles. Les hommes y ont contribué efficacement. C’est une marche qui a commencé avec
Mansour Ben Yazid al-Hamiri et a été complété par le Président Zine El Abidine Ben Ali.

Entre les deux époques, l’on peut citer Assad Ibn Fourat, l’Imam Sahnoun, al-Moez Ledine allah, Tahar Haddad et Habib Bourguiba ».

Le livre comporte des documents de référence pouvant aider le chercheur à approfondir l’étude de l’histoire de la femme tunisienne, dont « des extraits des discours du Président Zine El Abidine Ben
Ali sur la femme », « le message de Mme Leila Ben Ali à l’occasion de son accès à la présidence de l’Organisation de la femme arabe », « le texte intégral de l’interview accordé par Mme Leila Ben
Ali à la revue Roua, dans son deuxième numéro » et un document sur « la femme tunisienne à l’ère du changement ».

------------------------------


[Cet article est tiré du site Babnet. Et ça sous-entend beaucoup de choses, parmi lesquelles le chemin qui a amené Jamila Mejri à devenir présidente de
l'UET... C'était pas pour la beauté de ses écrits ni pour la grandeur de ses idées... On connaît les idées des femmes, n'est-ce pas? Elles ne sont pas plus élevées que leurs culs...! C'était
surtout pour ses dons de lécheuse et de suceuse... J'avais rason de le signaler!]



Utopia-666 09/03/2010 21:50



Tout le monde se fout de nos gueules; pouquoi pas ceux-ci, pendant qu'on y est?



Sites partenaires

Rechercher

Whos Amung Us

مقالات مختارة للكاتب من موقع الحوار المتمدن

مدونة #مالك_بارودي

Texte Libre

Translate this with Google