Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 23:43
.nietzsche

Idéal et vérité


Mais, pour que le néant soit démasqué, il faut d'abord que se produise une mutation à l'intérieur de la morale décadente. La véracité ne triomphe du vieux mensonge idéaliste qu'à partir du moment où, selon une impulsion authentiquement dialectique, la morale se surmonte elle-même, engendrant la passion de la connaissance et la probité intellectuelle. Cependant, il ne suffit pas d'avoir l'audace de renier le mensonge métaphysique, il faut accumuler la force apte à bâtir un nouveau monde, œuvre de la volonté de puissance ascendante, et cela n'est concevable que si la décadence, qui apporte avec elle l'esprit (Geist), le sens du négatif et de l'intériorité, se conjugue avec les types de volonté de puissance préservés de la contamination nihiliste, pour produire « l'esprit libre », tel que le souhaite Nietzsche, c'est-à-dire unissant « à la supériorité intellectuelle la santé et la surabondance des énergies » (XVI, 307), ou, selon une splendide formule, « un César romain qui aurait l'âme du Christ » (XVI, 353).

La victoire de la véracité, derechef, ne doit pas entraîner la folle surestimation de la puissance du vrai. On s'aperçoit, en effet, que l'Idéalisme métaphysique sanctionne la présomption de l'homme qui confond abusivement la vérité avec le Bien, selon les sollicitations de son désir. On veut croire en un être qui, d'être vrai, mériterait d'être adoré comme Dieu. Or la mystique de la vérité cache le fanatisme du néant, et la volonté inconditionnelle du vrai n'est qu'une ruse de la pulsion de mort : tuer la vie – par la connaissance ! Aussi la compréhension du nihilisme dans son essence exige-t-elle qu'on plaide en faveur du mensonge utile à la vie, qu'on prenne la défense de l'illusion dans la mesure où elle stimule la volonté de puissance créatrice ; on échange donc le mensonge idéaliste de la morale contre cette illusion délibérée pour laquelle la véracité elle-même porte témoignage et que Nietzsche nomme l'Art. De sorte que, si le nihilisme est le fanatisme de l'Absolu, on s'affranchit du nihilisme par cette provocation du « rien n'est vrai, tout est permis », qui, assignant une limite à l'exigence de la véracité, protège les droits de l'art, ce maître de la vie elle-même. On surmonte le nihilisme grâce à un extrémisme esthétique enseignant « qu'il n'y a pas de vérité ; qu'il n'y a pas de nature absolue des choses, de « chose en soi ». Ce n'est là que du nihilisme et du plus extrême. Il place la valeur des choses justement dans le fait qu'il n'y a aucune réalité qui corresponde ou qui n'ait jamais correspondu à ces valeurs, mais qu'elles sont au contraire un symptôme de force chez le créateur de valeurs, une simplification « utile à la vie » (XV, 152).
.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sites partenaires

Rechercher

Whos Amung Us

مقالات مختارة للكاتب من موقع الحوار المتمدن

مدونة #مالك_بارودي

Texte Libre

Translate this with Google